IOTV - La Télévision de Saint Martin

Retour des sargasses : la brigade verte en action

Durée : 4min 11sec | Postée : 18/05/2017 | Chaîne : Société
Depuis une quinzaine de jours, les sargasses ont fait leurs retours sur nos plages. La vingtaine de jeunes qui compose la brigade verte a donc repris du service. Des jeunes employés par le Centre Symphorien d’Insertion, une association basée à Quartier d’Orléans.



1.Posté par Jo Conde le 20/05/2017 19:43
Et bien sûr ces masques vont protéger leurs poumons des dangers de l'hydrogène sulfuré. Quel blagueurs ces gens de Pôle Emploi. lol. Je n'arrête pas de m'insurger sur un autre point, c'est bien beau de se servir des sargasses comme engrais mais qu'en est-il du rinçage du sel, car chacun sait que sel et culture ne font pas bons ménages, ce serait même un bon désherbant. Et comme on sait que l'eau douce ne tombe pas du ciel tous les 4 matins à Saint Martin, on envisage ça comment? Dans le temps aux Antilles, les anciens qui avaient tout compris, les récoltaient, les étendaient sur les arbres pour qu'elles se rincent avec les grains, puis lorsqu'elles tombaient à terre, ils s'en servaient comme fertilisant, mais là??? mystère des savoirs qui se perdent! Sur cette vidéo on voit bien qu'on a encore une fois profité de l'aubaine pour se faire financer une nouvelle formation (obligatoire) sur l'ajustage du masque anti-poussières sans doute? ou bien comment tenir une fourche efficacement... mais je plaisante je plaisante, je me délecterais donc de la conclusion (tout sourire) de cette fonctionnaire qui ne doute de rien, souhaite en gros que des bénévoles se découvrent une nouvelle passion en se pourrissant les poumons gaiement aux contact des algues en décomposition. Je signale en plus à l'ignorante ADEME, que de nombreux rapports scientifiques et techniques sont à leurs disposition, sur internet et que, comme on le dit depuis plus d'un an, la conclusion est que la méthode recommandée est : la récolte en mer par bateau, le long de barrières flottantes. Ces conclusions précises, tiennent compte entre autre, de la faune, de l'érosion des plages, du tourisme, de la pollution etc... mais pour ça il faut lire l'anglais et vouloir vraiment trouver THE solution, et non pas faire baisser la courbe du chômage. En soit c'est bien mais lorsque l'enjeu dépasse un quota, ça vaut bien le coup de se pencher plus que sérieusement sur la solution, et la bonne. Donc celle citée dans ces rapports et journaux et télé étrangers (on en parle même dans la revue Bateaux), et fournie par un Français! http://theoceancleaner.org/sargaboat-sargassum-harvester/

2.Posté par Jo Conde le 20/05/2017 20:09
Je connais très bien St Martin, j'y ai vécu, mais maintenant je vis en face, au Mexique, et ici aussi des petits malins ont décidé eux aussi de faire du compost avec cette manne gratuite, eux aussi sans rincer les algues. Résultats, impossible de faire pousser quoi que ce soit. Et pourtant j'ai la main bien verte et je savais ce que le sel faisait, mais bon j'ai voulu tester pour parler en connaissance de cause pas par ouï dire. Au final, je vais moi-même récolter des algues, je les laisse se rincer sous les grains, puis je composte. Il y a aussi une autre utilisation après le rinçage, les faire sécher et s'en servir pour le paillage des plantes. Ca ralenti l'évaporation de l'eau d'arrosage. Efficace! Ce monsieur de Verde-SXM cite l'INRA, ça lui donne de la crédibilité, mais il a "oublié" de lire la technique en entier. Au prix de l'eau douce, je le comprends.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter